La première étape
d’une stratégie
anti-stress
consiste à repérer
les contextes stresseurs
qui se manifestent
sur 3 registres :





Dans la sphère privée
• responsabilités à assumer vis-à-vis des personnes
  à charge, légalement ou moralement (enfants, parents,
  grands-parents,...)
• difficultés relationnelles avec les proches
  (couple, parents/enfant(s),..) : déception, dispute...
• évènements-clés dans l’histoire personnelle :
  naissance, mariage, séparation, décès, achat d’un bien
  important, déménagement,...
• ennuis de santé (soi-même ou les proches)
• difficultés financières
• conditions d’habitation (inconfort, bruit,
  éloignement du lieu de travail,...)
• organisation (garde des enfants, transport,
  aménagement des activités de loisirs,...)

  -------------------------------------------------------------------
Dans la sphère professionnelle
• changement de trajectoire (démission, licenciement,
  mutation, acquisition de nouvelles compétences,
  challenge, promotion,...)
• incertitude sur l’avenir
• difficultés relationnelles avec les collègues ou la hiérarchie
• surcharge de travail ou sous-activité
• pression du temps dans l’accomplissement d’une tâche
• compétition interne
• manque de reconnaissance
• harcèlement
  -------------------------------------------------------------------
Dans la sphère sociale & citoyenne
agressions et accidents vécus personnellement
intégration du sentiment général d’insécurité
  (conflits, catastrophes, terrorisme,...)
problèmes de voisinage
difficultés avec la justice (procédure en cours ou sanctions
  prononcées ou redoutées : contravention, condamnation,...)
insatisfaction dans ses loisirs (vie associative, sports,...)
image de soi non conforme à celle que l’on souhaiterait donner.

Le concept du « burn out social » mériterait d’être appliqué
dans ce cas : l’épuisement guette ceux qui veulent briller sur tous les terrains : citoyen actif, bon parent, bon voisin, dévoué à la vie associative, cultivé, sportif, sexy,...
  -------------------------------------------------------------------

Il est intéressant d’établir une distinction entre les contextes stresseurs chroniques, ceux qui sont installés depuis plusieurs mois et agissent régulièrement et insidieusement et les contextes stresseurs aigus, d’apparition soudaine et à fort impact. Les premiers sont constitutifs d’un stress de fond qui évolue à « bas bruit », les seconds sont les fausses tonitruantes qui font irruption dans la partition de la vie.


                  Votre "Boîte à Outils"
Retour à l'accueil   Page précédente
  Recommander ce site
  Imprimer cette page

Le burn out ou syndrome d’épuisement professionnel est un phénomène décrit par le psychanalyste américain Herbert J. Freudenberger dans un livre paru en 1980 (The high cost of high achievement, co-auteur G. Richelson).

Il frappe de façon préférentielle les individus très exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes sur le plan professionnel et dotés d’un profil particulier : grande sensibilité au jugement des autres, volonté de plaire, difficulté à déléguer,... le tout sur un terrain anxieux.

Le burn out, s’il intervient assez soudainement (le sujet « craque »), se construit dans la durée pour parvenir à cet épuisement physique et mental, fait de démotivation, de baisse des performances et de perte d’estime de soi, qui est l’antichambre de la dépression.
La guérison passe par un travail sur soi, une réappréciation de ses objectifs et de ses priorités, une meilleure organisation de son travail et la prise de conscience de ses limites.